ENTREPRISES ET POLITIQUE NATIONALE


SATISFECIT DE LA COPEMECO: LA RDC DOTEE D'UNE STRATEGIE NATIONALE DES PME

Le ministère des Petites et moyennes entreprises (PME) a organisér mercredi 08 juin 2016, l’atelier de validation de la stratégie de développement des PME. A la clôture ces assises, les participants ont formulé une série de recommandations, notamment prioriser les secteurs-clés.

Les experts, les chefs des divisions provinciales des PME, les corporations des PME ont également recommandé au ministère de tutelle d’élaborer la feuille de route sur l’agriculture et une structure nationale de développement et de promotion des exportations avec le ministère du Commerce.
Ouvrant cet atelier, au nom du Premier ministre, Augustin Matata Ponyo, le Vice-Premier ministre, ministre des PT- NTIC, Thomas Luhaka a déclaré" que la stratégie nationale de développement des PME que les participants ont validé n’est rien qu’une politique sectorielle, une politique claire en faveur des PME. Ce, en vue de leur permettre de contribuer efficacement à l’amélioration du taux de croissance de la RDC. " Au cours de cet atelier, vous avez toute la responsabilité de déterminer les axes stratégiques sur lesquelles tout le monde se référa pour accompagner le développement des PME congolaises ", a rappelé le VPM Luhaka.

UN DOCUMENT QUI VISE L’EMERGENCE DE LA RDC
De son côté, le ministre des Petites et Moyennes entreprises et classe moyenne (PME et CM), Boongo Nkoy a indiqué que tous les experts de différentes commissions ont travaillé dans le sens d’enrichir le document de stratégie nationale des PME afin de permettre la réalisation de la vision du Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, visionnaire de l’émergence qui tient à redonner à la PME sa place réelle dans l’économie congolaise.
Ainsi, les cinq axes du document de la stratégie nationale, à savoir, l’environnement institutionnel, l’accès aux services non financier, l’accès au financement, l’éducation à l’entreprenariat et l’accès au marché. Chacun de ces axes sont déclinés en composantes ayant des mesures spécifiques à mettre en œuvre." C’est la quintessence du Document de la stratégie nationale des PME que vous venez de valider. Je félicite chacun de vous pour sa contribution significative à cette œuvre commune et vous en remercie ", a-t-il rencherit avant d’ajouter : "De mon côté, je vous promets que les efforts seront conjugués pour la mise en œuvre rapide de ce document de référence dans le meilleur délai et je compte aussi sur votre contribution ".

LE SATISFECIT DE LA COPEMECO
Pour sa part, le président de la Confédération des Petites et moyennes entreprises congolaises (COPEMECO), Dodo Balu Makenka a déclaré que la présente stratégie nationale de développement des PME démontre à suffisance le refus de naviguer à vue et la détermination du Gouvernement de la République à avoir une boussole, un GPRS devant amener sans atermoiements ni ambages le monde des affaires vers une destination dont la recevabilité et la faisabilité ne feront l’ombre d’aucun doute. Selon le président de la COPEMECO, le présent document est un motif de satisfaction pour la population de la RDC. Cette stratégie, précise-t-il, apparaît comme un instrument qui, une fois mise en pratique avec doigté, aidera le peuple congolais, comme d’autres nations, à oublier un certain temps sombre vécu dans le désespoir.
Présente à cet atelier de validation de la stratégie nationale pour le développement des PME en RDC, Mme Priya, Directeur Pays du PNUD rappelle que selon l’Encyclopédie de l’industrie et du commerce (2010), plus de 80% de l’économie congolaise restent entre les mains des PME. D’autres analystes, dit-elle, indiquent que l’économie congolaise comptait en 2013 près de 2,5 millions de micro, petites et moyennes (MPME), dont 25% étant des PME. De même, les dernières estimations de l’enquête 123 et de fin Scope RDC, montrent qu’un adulte actif sur cinq tire son revenu de son entreprise individuelle, caractéristique de petites et moyennes entreprises.
A en croire ce cadre du PNUD, en dépit de ces statistiques témoignant de l’importance des PME dans le tissu économique, il est aussi reconnu que les PME rencontrent de nombreuses difficultés. Au nombre desquelles Mme Priya Garjraj cité la surtaxe, l’accès difficile au crédit bancaire, les difficultés en intrants, et l’insuffisante reconnaissance juridique, économique et sociale.
Pour le directeur Pays du PUND, les PME jouent un rôle important dans l’économie et la création d’emplois, la réduction des inégalités, ainsi que le renforcement de la cohésion sociale. Le développement des PME stimule aussi le changement structurel qui permet de mieux tirer partie du dividende démographique.

Alfred LUKAMBIL Forum des As

 

 
Matrice Préoccupations